La lutte contre le dopage est l’un des moyens qui permettent de veiller à l’équité sportive et de pratiquer un sport « propre ». Les fédérations sportives s’inscrivent activement dans cette lutte et, dans ce cadre, elles transmettent chaque année à l’Agence Française de Lutte contre le Dopage (AFLD) une copie du calendrier des compétitions organisées sur le territoire national.
Des contrôles antidopage mandatés par l’AFLD sont donc possibles sur toutes les compétitions sportives, à tous les niveaux et tout résultat positif peut faire l’objet d’une sanction disciplinaire grave.

Les substances dopantes sont présentes dans de très nombreux médicaments et il convient donc que chacun se montre très prudent en cas de traitement. En effet, la loi précise que chacun est responsable des médicaments qu’il ingère, et qu’il est du ressort de chaque sportif participant à une compétition, à quelque niveau que ce soit, de veiller à ce que ces produits ne contiennent aucune substance prohibée.

Lors d’une consultation médicale, il est impératif de signaler au médecin que l’on pratique une activité sportive et de lui demander, dans la mesure du possible, de rechercher un traitement compatible. À titre d’exemple, la Pseudo éphédrine figure sur la liste des produits interdits. Cette molécule est présente dans de nombreux médicaments notamment en ORL, parfois même délivrés sans ordonnance (pulvérisations nasales, collutoires,…) [pastilles « Vicks » ou « Drill » par exemple] et il convient donc d’être vigilant sur tout traitement, même anodin.

Remarque : les collyres ou pommades sont autorisées, mais il convient d’être prudent, notamment en cas d’utilisation prolongée car un passage dans l’organisme est toujours possible. Il est donc recommandé de ne les utiliser qu’en absence d’autres alternatives.

S’il n’existe aucun traitement « propre », il faudra engager, soit une procédure de demande d’autorisation pour usage thérapeutique (AUT) soit une déclaration d’usage auprès de l’AFLD.

La déclaration d’usage est gratuite et concerne plus particulièrement :

* Les corticostéroïdes utilisés par voie non systémique (injection locale ou inhalation) et utilisés seuls (traitement courant de l’Asthme par exemple). S’ils sont utilisés avec un autre produit (Béta2 agonistes par exemple), cela relève d’une demande d’AUT standard.
* Le Salbutamol et le Salmétérol, mais à condition que la dose ne dépasse pas le seuil de 1000 m, et qu’il soit utilisé seul.

Pour tout autre traitement, une démarche de demande d’AUT est obligatoire. Ces demandes sont à envoyer 21 Jours ouvrés avant la compétition et ne sont valides qu’une fois qu’elles ont été retournées avec accord au sportif concerné. Toute demande de dernière minute peut être irrecevable.

Le coût d’une demande d’AUT est de 30 €, couvrant les frais de dossier. Il est à la charge du sportif et les formulaires de demande d’AUT et de déclaration d’usage sont disponibles sur le site internet de l’AFLD.

Le présent article à seulement pour objet de sensibiliser chacun sur ce sujet. Si vous participez à des compétitions officielles, et que vous ne faites pas de demande d’AUT, gardez bien les ordonnances médicales pendant plusieurs mois, et ne participez pas des compétitions dans un délai de 3 semaines au moins après avoir utilisé un médicament non-autorisé sans AUT.

Si vous ne participez pas des compétitions officielles, vous n’êtes bien sur pas concernés par la demande d’AUT, sauf si vous êtes sur une liste de sportifs de haut-niveau, car vous pouvez être contrôlé à l’entraînement.

D’autre part, signalez bien si vous êtes forfait lors d’une compétition, car le médecin contrôleur peut tirer les personnes à contrôler au hasard sur la liste des engagés. Si vous n’êtes pas présents, vous serez considérés comme vous étant « soustrait au contrôle », et ainsi déclaré « positif ».

Selon les disciplines sportives, les sanctions peuvent aller de la suspension de compétition pour une durée limitée à l’interdiction à vie de licence fédérale.

Il est aussi possible de consulter la liste des produits interdits sur le site http://www.santesport.gouv.fr à la rubrique « Le dopage », vous pouvez aussi contacter le n° vert 0 800 15 2000 (gratuit – anonyme – confidentiel).


Page Facebook

Bad on Live!

Objets trouvés

SLBad’Troc

Connexion

Archives